Information

Retrouvez les dernières mesures prises pour limiter la propagation du Covid-19 sur www.verviers.be/covid-19

Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Culture / Musées / Les implantations / Le Solvent
Illustration de l'actualité - cliquer pour agrandir

Le Solvent

Le Solvent belge - Réserve visitable de machines textiles

La rue de Limbourg, qui relie Dolhain à Verviers le long de la Vesdre, est, depuis le 19ème siècle, une importante voie de communication et un lieu privilégié pour l'implantation d'industries. C'est sur cet axe que s'est implantée, en 1899, la Société anonyme Solvent belge, qui en 1970 a fusionné avec « le lavoir carbonisage de Dolhain ». et après faillite ils ont été repris pour créer la société « Solvent en Faillite » reprise peu après et appelée « Traitex » par les familles Duesberg et Sagehomme.

La société exploitait alors un nouveau procédé mis au point aux Etats-Unis destiné à remplacer efficacement l'ancien système de dégraissage et de lavage de la laine qui permettaient la récupération des sous-produits de ces matières.

En 1997 Traitex arrête l’extraction de lanoline (dans la salle des machines en restauration) définitivement alors que la fin de la vapeur était annoncée et effective en 2004 à Verviers.

Mis en vente avec tout le reste du site industriel, le bâtiment abritant les machines textiles ainsi que la salle des machines et de « Solventage » derrière celui-ci et les bureaux ont été rachetés conjointement, en 2017, par la Ville et la Région wallonne via son Institut du Patrimoine wallon (IPW).

La réserve visitable de machines textiles

Le site abrite à présent une réserve visitable contenant de nombreux outillages et machines textiles, propriétés des Musées de Verviers, dont les pièces les plus exceptionnelles sont la mule-jenny et l'assortiment des cardes. La restauration des machines est assurée par une équipe des "anciens du textile", de mécaniciens ou de passionnés, tous bénévoles sous la conduite de Jacques Thonnard.

La salle des machines (propriété de l'AWAP)

Outre cette réserve de machines textiles, le site de l'ancien Solvent recèle d'autres trésors d'archéologie industrielle dans sa salle des machines équipées de diverses mécaniques datant de la fin du 19ème siècle : Cuves à solventer reliées à des compresseurs à vapeur qui ventilaient, pompaient et envoyaient de l’eau et des solvants dans les cuves afin d’extraire de la laine le soin qui au résultat final donnait la lanoline utilisée en pharmacie, dans les savonneries et pour des cosmétiques.

La réserve est visitable uniquement lors de portes ouvertes.

Actions sur le document