Aller au contenu. | Aller à la navigation

Environnement - Guichet énergie - PCDN

Outils personnels

Faune - Flore - Nature

Semaine de l'arbre

Annuellement, dans le cadre de la "Semaine de l'Arbre", le Service public de Wallonie propose une aide pour différentes actions telles que :
  • la distribution de plants aux particuliers ;
  • la plantation dans un espace public (la commune peut disposer de plants pour une valeur maximale équivalente à 1200 €) ;
  • une subvention de 1250 € pour l’aménagement d'un espace vert public ;
  • une subvention de 1250 € pour la plantation d'une haie sur un terrain communal.

Depuis 1997, Verviers organise une distribution d’arbres aux particuliers. Rendez-vous en novembre !

 

haies

Subvention plantations et entretien

Arrêté du Gouvernement wallon du 20 décembre 2007 relatif à l'octroi des subventions pour la plantation et l'entretien de haies vives, de vergers et d'alignements d'arbres.

Toute information complémentaire est accessible à l'adresse suivante : environnement.wallonie.be - onglet "Nature et Forêts", rubrique "A la Une".

 

Alternative aux pesticides

 

Il existe des moyens alternatifs aux pesticides. L’asbl Adalia vous informe du choix possible des produits de jardinage biologique et aussi des risques que l’on peut encourir en utilisant certaines matières actives nocives pour la santé ou pour l’environnement.
 

Biodibap

Dans le cadre de l’appel à projet du Service public de Wallonie visant à promouvoir des projets exemplatifs de la prise en compte de la biodiversité dans et aux abords des bâtiments publics, à Verviers, le groupe "Jardins Nature Admise" du Plan Communal de Développement de la Nature a proposé de recréer une zone d’habitat pour les hirondelles. Ce projet ayant été retenu, nous procéderons prochainement :
  • au placement de 57 nids d’hirondelles en remplacement de ceux qui ont été détruits dans un périmètre de plus ou moins 200 mètres de la place Lambert Fraipont à Ensival ;
  • à la plantation d’arbres et d’arbustes.
 
nature_admise.jpg   

Pour une ville nature admise

Brochure éditée par le Service Environnement et réalisée par le groupe "Sensibilisation" du Plan Communal de Développement de la Nature (P.C.D.N.).

Avec cette brochure, vous pourrez donner place à la nature tout simplement chez vous, dans votre jardin. Vous découvrirez de multiples informations tels que trucs et astuces pour un jardin plus nature ou comment réussir l'entretien de nos arbres mais aussi comment réaliser un pré fleuri, une mare et quelles sont les plantes préconisées pour son aménagement...
Vous pouvez vous procurer la brochure :
 

Plantes invasives

En Wallonie, trois espèces de plantes invasives sont principalement répertoriées :
  • la berce du Caucase ;
  • la balsamine de l’Himalaya ;
  • la renouée asiatique.

Les plantes invasives se dispersent facilement, grandissent très vite et prolifèrent dans la nature de manière incontrôlable, au détriment des espèces indigènes. En outre, la berce du Caucase représente en outre un véritable danger pour la santé publique. En effet, un contact cutané avec celle-ci (sève, feuilles, ou tige) provoque de graves brûlures pouvant atteindre le 3ème degré de par une simple exposition à la lumière.


Comment reconnaître ces plantes ?

  • La berce du Caucase est une plante herbacée (de 1,5 m à 4 m de hauteur à maturité). Elle présente une ombelle florale de 20 à 50 cm de diamètre (composée de petites fleurs blanches) et de très grandes feuilles dentées. Elle fleurit de juin à juillet ;
  • La balsamine de l’Himalaya est une grande plante (d’1 à 2,5m de hauteur à maturité), glabre, aux feuilles opposées et dentées. Ses fleurs roses sont rouges ou pourpres en grappes odorantes. Ses graines sont contenues dans des capsules allongées. Elle fleurit de la mi-juin à octobre ;
  • La renouée asiatique est une plante vigoureuse (de 2 à 3 m de haut à maturité), à tiges rigides et creuses (comparables à du bambou). Ses fleurs sont blanches, en grappes abondantes. Ses feuilles alternes sont ovales-triangulaires et peuvent atteindre 15-20 cm de long. La renouée asiatique fleurit d’août à octobre.
  • Pour vous aider à reconnaître ces plantes : http://biodiversite.wallonie.be/fr/les-invasives-en-wallonie.html?IDC=5669


Gestion

Depuis 2010, une campagne annuelle de gestion de la berce du Caucase est organisée conjointement par la Direction des Cours d’Eau non-navigables du Service public de Wallonie, le Contrat de Rivière du sous-bassin hydrographique de la Vesdre et la Ville de Verviers, avec la participation du Plan communal de Développement de la Nature.

Concrètement, il s’agit de mettre à jour les cartographies de population de berces antérieurement établies et de veiller à leur élimination.

Les plantes présentes sur le domaine public sont gérées par la Ville de Verviers et par la Direction des Cous d’Eau non-navigables, celles envahissant les terrains privés par leur responsable (locataire, occupant ou à défaut le propriétaire.

Il est impératif, préalablement à la gestion de la berce du Caucase, de se protéger soigneusement avec des lunettes de sécurité, des gants et des vêtements.


Règlement communal en matière de lutte contre les plantes invasives

La Ville de Verviers a décidé de combattre le véritable fléau que représentent la berce du Caucase, la balsamine de l’Himalaya et la renouée asiatique en établissant un règlement communal. Ce dernier a été adopté par le Conseil communal en mai 2011.

On y retrouve notamment :

L’interdiction de planter, de semer et de transporter à l’air libre ces espèces mais aussi d’en introduire les résidus dans son compost.

L’obligation pour tout locataire, occupant ou à défaut le propriétaire, de :
  • signaler la présence des ces plantes à l’Administration communale ;
  • gérer ou limiter leur dispersion selon les méthodes reprises dans ledit règlement.

Vous pouvez télécharger le texte complet du règlement ou l’obtenir sur simple demande au 087/327.557 ou via l’adresse : environnement@verviers.be

Que faire si vous constatez la présence de l’une de ces plantes sur le domaine public ou sur terrain privé ?
Pour éliminer ces plantes nuisibles, les pouvoirs publics ont besoin de connaître précisément tous les endroits où elles se trouvent. C’est là que vous pouvez intervenir en signalant leur présence au Service Environnement (que ce soit près de chez vous, dans votre jardin,…).

Comment signaler la présence de plantes invasives ?
Vous pouvez compléter la fiche de signalement et nous la renvoyer ou remplir le formulaire en ligne.
 

Code de conduite sur les plantes invasives en Belgique

L'Unité Biodiversité & Paysage de l'Université de Gembloux Agro-Bio Tech a développé dans le cadre du projet LIFE+ AlterIAS (ALTERnatives to Invasive Alien Species, "alternative aux plantes invasives") –et en concertation avec les principaux représentants du secteur ornemental- un code de conduite sur les plantes invasives en Belgique.

Ce document a pour objectif de sensibiliser, d'induire un changement d'attitude positif concernant l'utilisation des plantes invasives (limiter les introductions et la dispersion de ces plantes dans les parcs, jardins, les étangs, les pépinières et le long des voiries) auprès des professionnels de l'horticulture (horticulteurs, pépiniéristes, services publics responsables de plantations...).
Ce code de conduite vise à préserver la biodiversité en limitant les risques d'invasion dans les milieux naturels, à atténuer les impacts de ces plantes sur l'économie et la santé publique.

La Ville de Verviers a souscrit au code en séance Conseil du 26 novembre 2012 et s'engage volontairement à :
  1. se tenir informé de la liste des plantes invasives en Belgique ;
  2. stopper la plantation de certaines espèces invasives (reprises à l'annexe I du Code) ;
  3. diffuser de l'information sur les plantes invasives aux membres du personnel et/ou aux citoyens ;
  4. privilégier l'utilisation de plantes alternatives non invasives :
  5. participer à la détection précoce des nouvelles plantes invasives potentielles.
     
   

Plan Maya

La Ville de Verviers a reçu le label « Commune Maya »

Qu’est-ce qu’une commune Maya ? C’est une commune qui s’est engagée à maintenir et développer des espaces propices à la vie des abeilles et à lutter de manière active contre leur diminution.  Elle devient acteur de la préservation des abeilles mais aussi de la biodiversité.

Charte d’engagement "Commune Maya"

Celle-ci reprend toute une série d’actions que tout adhérent s’engage à respecter :

Dès la première année :
  • réaliser un ou plusieurs projets de plantations de végétaux mellifères sur le territoire communal ;
  • sensibiliser enfants et adultes par le biais du bulletin communal ou courriers toutes-boîtes ;
  • organiser une rencontre annuelle avec les apiculteurs, ruchers écoles et associations impliquées dans la défense des abeilles et/ou insectes butineurs (afin de déterminer les attentes de chacun, pour identifier les problèmes et dégager d’éventuelles solutions, ….) ;
  • établir un rapport sur les réalisations.

Dès la deuxième année :
  • enrichir annuellement le fleurissement tant en espaces verts qu’en bacs à fleurs comprenant des plantes mellifères ;
  • inventorier les sites communaux où les apiculteurs pourraient déposer leurs ruches ;
  • mettre en œuvre une convention « Bords de routes – fauchage tardif » (ou, dans le cas de Verviers, améliorer la convention existante) – l’objectif sera de réserver certaines zones à un objectif particulier de fleurissement naturel (ramassage du foin, sursemis de fleurs…) ;
  • établir un rapport sur les réalisations.

Dès la troisième année :
  • adopter un plan de réduction de pesticides (réduction voire abandon de l’utilisation des pesticides sur le territoire communal) ;
  • établir un plan de gestion différenciée des Espaces verts sur la commune.

Les actions et projets menés par la Ville de Verviers à ce jour :
  • article dans le bulletin communal en septembre 2011 ;
  • journée de l’arbre – distributions de 1.800 plants, espèces mellifères ;
  • dans le cadre de la semaine de l’arbre 2011 projet de plantation d’arbres et arbustes mellifères + fruitiers, rue Joseph Déderich à Ensival (en cours) ;
  • rencontre avec les apiculteurs ;
  • projet d’une semaine de l’abeille du 7 au 12 mai 2012 à destination des écoles ;
  • journée tout public « Biodiversité – Maya » samedi 12 mai 2012.
  •  

Réseau Natura 2000 

La Wallonie fait face à un défi majeur en matière de conservation de la nature : mettre un terme au recul de la biodiversité et, si possible, la restaurer.

Face à l'érosion de la biodiversité, l'Union européenne a réagi en lançant la création d'un vaste réseau écologique sur toute l'étendue de son territoire. Le but de ce réseau Natura 2000 est de protéger les habitats naturels et les espèces animales ou végétales menacées.

En Wallonie, comme dans tous les pays de l’Union, la sélection des sites du réseau Natura 2000 est basée sur deux directives européennes :

- la Directive Oiseaux de 1979 qui s’attache à la protection des oiseaux sauvages au sein d'un réseau écologique tenant compte de leurs habitats, mais également des mouvements migratoires.

- la Directive Habitats de 1992 visant la création d'un réseau écologique pour la conservation des habitats naturels ainsi que des espèces de la flore et de la faune (autres que les oiseaux) rares ou menacées.

Les périmètres des sites Natura 2000 ont fait l'objet de décisions du Gouvernement wallon en 2002, 2004 et 2005.

En 2005, le Gouvernement wallon a identifié 240 sites comme faisant partie de ce réseau. Chaque site a fait l'objet d'inventaires biologiques et d'une cartographie détaillée pour bien identifier les enjeux biologiques et la manière de les prendre en compte par les propriétaires et les gestionnaires.

Un arrêté de désignation définissant les enjeux biologiques et les mesures préventives de base à respecter pour éviter de voir les états de conservation se détériorer à l'échelle du site a été rédigé (ou sera rédigé) pour chaque site.

Concernant la région verviétoise, vous pouvez consulter les documents suivants :

Arrêté du Gouvernement wallon de désignation du site Natura 2000 BE33019 - "Vallée de la Vesdre entre Eupen et Verviers".

Sites Natura 

 

Information "herbicides"

Depuis le 1er juin 2017, les citoyens ne peuvent plus recourir au glyphosate pour désherber leurs allées et terrasses. (Roundup et autres produits du genre).

Bien que les produits soient toujours autorisés à la vente (du ressort du niveau fédéral), leur utilisation au niveau de la propriété des citoyens est dorénavant interdite.

Depuis le 1er septembre 2014, les citoyens devaient déjà respecter une première interdiction à savoir l’utilisation de produits phyto sur les terrains privés qui sont en lien avec un réseau de collecte ou une eau de surface. Donc fini de désherber son allée de garage avec des produits phyto lorsque cette allée aboutit à un filet d’eau. C’est une interdiction ciblée au niveau spatial afin de protéger les ressources en eau. La nouvelle interdiction s’ajoute à celle de 2014 en supprimant des produits autorisés (ceux contenant du glyphosate). Cette modification touche de nombreux citoyens puisque cette molécule est très répandue.

En outre, les distributeurs de ces produits sont tenus d’informer les acheteurs de l’interdiction, et des risques que représente le glyphosate pour la protection de l’environnement, pour la santé humaine et pour la conservation de la nature. Ils doivent également placer les produits concernés sous clés ou dans un étalage hors d’accès libre par les acheteurs.

Que faire de ces produits inutilisables ? Les ramener tels quels au recyparc et les placer dans l’emplacement dédié aux produits dangereux.

Seuls les professionnels formés et détenant une phytolicence peuvent encore recourir à ces produits et ce jusqu’au 31 mai 2018.

Pour tout renseignement à ce sujet : Union des Villes et Communes de Wallonie (UVCW).

http://www.uvcw.be/

 

Actions sur le document